L’Actu Emploi & RH – 5 mai 2021

L'ACTU EMPLOI & RH - 5 MAI 2021

 
Tous les mois, L’Actu Emploi & RH vous propose un récapitulatif des dernières actualités du monde du travail. Bonne lecture !

Les chiffres clés :

•    Chiffre Hays : Selon une étude menée par Hays France & Luxembourg auprès de plus de 7 000 personnes, 62% des répondants préfèrent passer leurs entretiens d’embauche en face-à-face, tandis que 23% affirment avoir une préférence pour ceux effectués à distance. Les 15% restant déclarent ne pas avoir de préférence entre les deux options.
•    10 000 : C’est le nombre de CPF qui ont été touchés par des tentatives de fraude, selon les chiffres de la Caisse des dépôts.
•    Chiffres du chômage : Les personnes en quête d’un poste ont vu leur nombre s’accroître de 6,3% en un an, selon la Dares, la direction chargée des études au ministère du travail.
•    67% des Français avouent avoir déjà participé à des visioconférences sans écouter vraiment, selon une étude menée par Indeed.
•    Moins de 1% des hommes demandent un congé parental à temps plein, contre 14% des femmes, selon une étude de l’OFCE.
 
CPF : un nouveau dispositif pour éviter les arnaques

Au moins 10 000 comptes personnels de formation (CPF) ont été touchés par des tentatives de fraude, selon les derniers chiffres de la Caisse des dépôts, l’organisme qui assure la gestion du CPF. Résultat, entre 10 et 12 millions d’euros auraient été détournés. 

Pour réduire les risques d’escroquerie et aider les utilisateurs à identifier les organismes de formation qui existent vraiment, la Caisse des dépôts a lancé un nouveau service : un système d’évaluation des formations disponibles sur le CPF qui repose sur cinq questions relatives à l’accueil, à la qualité du contenu, au niveau de l’équipe de formateurs, aux moyens matériels et pédagogiques mis à disposition et à l’accompagnement. 

Après avoir recueilli les notes données par les usagers (de 0 à 5 étoiles) pendant 14 mois, la Caisse des dépôts les a rendu publiques : « À ce jour, près de 106 000 évaluations par des stagiaires ont été réalisées, concernant près de 39 000 actions de formation, soit 5,6% du catalogue de formations éligibles au CPF, et plus de 9 100 organismes de formation, soit près de la moitié des organismes présents sur le portail », explique la Caisse des dépôts dans un communiqué. 

Les cadres sont désormais plus nombreux que les ouvriers en France

C’est un cap historique : « Pour la première fois, la part des cadres [et professions libérales] dans l’emploi total dépasse celle des ouvriers : elle atteint 20,4%, contre 19,2% pour les ouvriers. Au début des années 1980, les ouvriers étaient près de quatre fois plus nombreux que les cadres », a révélé l’Insee fin mars. 

Cette baisse du nombre d’ouvriers est avant tout due à la désindustrialisation et à la tertiarisation de la France. En moins de quarante ans, les effectifs d’ouvriers ont ainsi baissé de plus de 10%. En parallèle, le niveau de qualification n’a cessé de croître ces dernières décennies ainsi que la féminisation des professions. Si ce phénomène s’accentue, les cadres seront le premier groupe social d’ici à 2050. 

Covid : Les femmes bien plus nombreuses que les hommes à avoir perdu leur emploi 

Selon l’Ined (l’Institut national des études démographiques), la situation de l’emploi s’est davantage détériorée pour les femmes que pour les hommes au cours de la crise sanitaire. En effet, parmi les femmes qui étaient en emploi au 1er mars 2020, deux sur trois seulement continuaient à travailler deux mois plus tard, contre trois hommes sur quatre. 

Pour lutter contre ces inégalités, le Conseil économique social et environnemental (CESE) recommande la création d’un observatoire des métiers pour faire face au manque de données genrées pour chaque profession. 

Des salariés qui deviennent « zoomophobes » 

Après un an de télétravail partiel ou permanent, que pensent les travailleurs des outils collaboratifs comme Teams, Zoom ou Meet ? 

Selon une enquête menée par Indeed auprès d'un panel de 1001 actifs en France ayant télétravaillé et/ou télétravaillant actuellement, certains salariés démontrent des signes de « zoomophobie » ou « zoomfatigue ». Comprenez : ces salariés se disent épuisés par l’excès de visioconférence.

Car si pour 89% d'entre eux, la visioconférence est nécessaire, utile, voire très utile, pour 51% des répondants, cet outil ne peut remplacer les rapports humains en réel. Du reste, 32% des personnes interrogées estiment que le télétravail « a détérioré la communication avec leurs collègues » et 28% pensent que « la qualité de la collaboration s’est dégradée en travaillant à distance ».

67% des Français avouent même avoir déjà participé à des visioconférences sans écouter vraiment, les trouvant peu pertinentes pour leur travail (81% chez les cadres). En revanche, seuls 4% des interrogés estiment perdre leur temps avec ces outils de visioconférence et 7% indiquent qu’ils saturent.

Moins de 1% des hommes demandent un congé parental à temps plein

Sans surprise, les hommes sont toujours beaucoup moins nombreux que les femmes à prendre un congé parental après la naissance de leur enfant. En effet, seuls 0,8% des pères prennent ce congé à plein temps contre 14% des mères, constatent les auteurs d’une étude réalisée par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), publiée le 7 avril dernier.

Concernant le congé parental à temps partiel, le constat est le même : seuls 0,9% des pères d’un enfant (contre 13,2% des mères) et 1,8% des pères de deux enfants ou plus y ont recourt.

Pourtant, une réforme en vigueur depuis 2015 ambitionnait de porter ce taux à 25% de pères pour parvenir à davantage de parité, et notamment pour faciliter le retour des femmes sur le marché du travail. Ainsi, des mesures ont été mises en place : à la naissance du premier enfant, la durée de ce congé est passée de six mois à un an, si les deux parents partagent ce congé. A partir du 2e enfant, le congé parental ne dure plus trois ans mais deux, sauf pour les parents qui se le partagent (par exemple, la mère peut s’arrêter de travailler deux ans et le père prendre le relais la troisième année). Ce que très peu font finalement.

Selon les auteurs de l’étude, cet échec peut être en partie imputé au faible montant de l'indemnisation proposée, à savoir 399 euros par mois pour un congé à temps plein, quelle que soit la rémunération antérieure.
 
Pressy Gunasekar, Directrice de Communication & Marketing, en collaboration avec Noémi Capell.
 
Pressy Gunasekar
 
Diplômée d’un Master en Langues, Littératures et Civilisations Etrangères (LLCE), Pressy Gunasekar a rejoint le cabinet Hays en 2010 en tant que Chargée de communication junior.
En 2012, Pressy prend le poste de Responsable Communication & Marketing et gère ainsi la partie communication interne et externe de l’entreprise. 
En 2016, elle est promue au poste de Directrice Marketing & Communication et elle prend ainsi le management de tous les pôles et de toute l’équipe. 
En 10 ans, Pressy a développé de solides compétences sur son domaine.
 

Bloc webinar petit

NOS WEBINARS

Nos experts prennent la parole lors de conférences en ligne.

Nos podcasts ok

NOS PODCASTS

Nos experts vous livrent tous leurs conseils sur le recrutement et le monde du travail. 

Glossaire bloc

NOTRE GLOSSAIRE

Si vous avez entendu ou lu un mot dont la signification vous échappe, découvrez notre glossaire !

Suivez nous ok

SUIVEZ-NOUS