L’Actu Emploi & RH – 18 novembre

L'ACTU EMPLOI & RH - 18 NOVEMBRE

 
Désormais, tous les 15 jours, L’Actu Emploi & RH vous propose un récapitulatif des dernières actualités du monde du travail. Bonne lecture !
 
Les chiffres clés :

-    53% des Français ont basculé leur DIF sur leur CPF, 25% ne l’ont toujours pas fait mais envisagent de le faire, et 22% déclarent ne pas être intéressés par ce dispositif, selon une étude menée par Hays France & Luxembourg
-    Les arrêts maladie de longue durée (plus de trente jours), ont augmenté cette année de 33% dans le secteur privé de septembre 2019 à août 2020.
-    Le taux de chômage bondit à 9% au troisième trimestre 2020, selon les chiffres de l’Insee.
-    16%, c’est le taux de chômage des personnes handicapées, soit près du double de la moyenne nationale.

Le taux de chômage atteint 9% au troisième trimestre

Selon l'Insee, le taux de chômage a grimpé de 1,9 points au troisième trimestre 2020 pour s’élever à 9% de la population active en France (hors Mayotte), soit près de 2,7 millions de chômeurs. Ce sont 628 000 personnes au chômage en plus par rapport au trimestre précédent.
 
Le taux de chômage avait pourtant diminué de 0,7 point au deuxième trimestre, atteignant 7,1% de la population active. Mais cette baisse était en « trompe-l’œil », selon l’Insee. Car pendant le confinement, beaucoup de candidats n’ont pas pu chercher d’emploi. 

Dans cette enquête, sont considérés comme demandeurs d’emploi les personnes ayant cherché activement un emploi au cours du mois précédent et qui n’ont pas du tout travaillé durant la semaine précédente. Selon l’Insee, le taux de chômage devrait s’établir à 9,7% de la population à la fin de l'année. 

6 mois de plus pour basculer son DIF sur son CPF 

Dans le cadre du prolongement de la loi sur l’état d’urgence sanitaire, les députés ont adopté un amendement pour repousser au 30 juin 2021 la date limite pour transférer ses droits DIF (Droit Individuel à la Formation) vers son CPF (Compte Personnel de Formation). C’est donc 6 mois de plus pour effectuer cette démarche (la date prévue initialement était le 31 décembre 2020). Attention, passé cette date, les heures de formation cumulées avant 2015 seront perdues. 

Pour rappel, le DIF avait été remplacé en 2015 par le CPF. Avec un plafond de 120 heures (converties depuis en euros à raison de 15 euros de l'heure), les droits à la formation acquis au titre de l'ancien DIF peuvent potentiellement atteindre 1 800 euros par personne. Depuis le 1er janvier 2019, l’alimentation du compte CPF se fait à hauteur de 500 euros par an (800 pour les salariés non qualifiés), dans la limite de 5 000 euros (8 000 pour les salariés les moins qualifiés).

Par manque de temps et/ou d’information, beaucoup sont ceux à ne pas avoir effectué la bascule à ce jour. D’ailleurs, dans un sondage réalisé par Hays France & Luxembourg et mené auprès de 200 personnes sur les réseaux sociaux (LinkedIn et Twitter), seuls 53% des répondants ont basculé leur DIF sur leur CPF, 25% ne l’ont toujours pas fait mais envisagent de le faire, et 22% déclarent ne pas être intéressés par ce dispositif. 

« LE CHIFFRE HAYS - Seuls 53% des répondants ont basculé leur DIF sur leur CPF, 25% ne l’ont toujours pas fait mais envisagent de le faire, et 22% déclarent ne pas être intéressés par ce dispositif. »

« Transition collective » : un nouveau dispositif de reconversion professionnelle

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a présenté aux partenaires sociaux un nouveau dispositif de formation permettant la reconversion professionnelle des salariés dont l'emploi est menacé, appelé « transition collective ». 

Son objectif : lutter contre le chômage et prévenir les licenciements à venir, en permettant aux salariés dont les emplois sont menacés de se former pour s’orienter vers un métier porteur localement. Des plateformes dédiées seront mises en place pour permettre à des entreprises ayant des salariés à reconvertir d’entrer en contact avec celles qui ont des besoins de recrutement.

La rémunération et la formation des salariés seront prises en charge à 100% par l’État pour les entreprises de moins de 300 salariés. Elle le sera à 75% pour les entreprises de 300 à 1 000 salariés, et à 40% pour les entreprises de plus de 1 000 salariés. Au total, le coût est évalué à 500 millions d’euros dans le cadre du FNE-Formation (Formation du Fonds National de l’Emploi). Le ministère du Travail souhaite que ce nouveau dispositif soit opérationnel « avant la fin de l’année ».

Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées 

Du 16 au 22 novembre, c’est la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées. L’occasion de rappeler quelques chiffres clés : 

-    Le taux de chômage des personnes handicapées est deux fois supérieur à la moyenne nationale (16%).
-    Seuls 3,9% des postes étaient occupés par des personnes handicapées fin 2018 dans le secteur privé, alors que la loi impose d’embaucher au moins 6% de travailleurs handicapés. 
-    Dans le cadre du plan de relance lancé par le gouvernement, 100 millions d’euros sont alloués aux personnes handicapées, dont 15 millions dédiés à l’emploi accompagné et 85 millions à l’aide à l’embauche. Pour bénéficier de cette indemnité d’un montant de 4 000 euros, les entreprises doivent recruter un salarié handicapé en CDI ou CDD de plus de trois mois. Initialement fixée au 28 février, la fin de ce dispositif a été reportée au 30 juin 2021. A terme, cette mesure devrait permettre 30 000 recrutements, selon Jean Castex.

Les arrêts maladie de longue durée en hausse

Selon une étude de Malakoff Humanis, les arrêts maladie de longue durée, soit de plus de trente jours, ont augmenté de 33% dans le secteur privé de septembre 2019 à août 2020, par rapport aux douze mois précédents. D’après cette enquête, la durée moyenne de ces arrêts longs est de 94 jours. Petite précision : cette étude ne prend pas en compte les arrêts délivrés pendant le premier confinement pour garde d'enfants ou pour les personnes vulnérables à la Covid-19.

Toutes durées confondues, les maladies ordinaires représentent 29% des arrêts délivrés, 19% le sont pour troubles musculosquelettiques (TMS) et 14% pour troubles psychologiques. Des conditions qui ont souvent été aggravées par le confinement et le télétravail. La Covid-19 ne représente quant à elle que 5% des arrêts.

Les personnes âgées de 50 ans et plus sont celles qui ont posé le plus d’arrêts maladie de longue durée entre septembre 2019 et août 2020 (44%), suivies des 35-49 ans (32%) et des 18-34 ans (24%).
 
Pressy Gunasekar, Directrice Communication et Marketing, en collaboration avec Noémi Capell. 

Glossaire bloc

NOTRE GLOSSAIRE

Si vous avez entendu ou lu un mot dont la signification vous échappe, découvrez notre glossaire !
Cliquez ici.

Nos podcasts ok

ECOUTEZ NOS PODCASTS

Découvrez tous les conseils de nos experts.

Bloc webinar petit

NOS WEBINARS

Nos experts prennent la parole lors de conférences en ligne.

Suivez nous ok

SUIVEZ-NOUS