COMMENT LES ENTREPRISES DE LA TECH FONT FACE À LA CRISE CLIMATIQUE ?

Par Olivier Pacaud, Directeur IT Perm, en collaboration avec Noemi Capell.

Face à la crise climatique, le constat est unanime : nous n'avons plus beaucoup de temps pour changer le cours des choses. Le secteur de la Tech jouera un rôle central pour activement proposer des solutions visant à réduire et à réparer les dommages causés, que ce soit par la conception d’alternatives propres ou par l’optimisation de la durabilité des ressources techniques.

Dans ce contexte, les dirigeants de sociétés CleanTech et d'entreprises engagées vers un monde plus écoresponsable ont partagé leurs histoires, leurs défis et leurs objectifs avec Hays Technology.
 

Motivation et innovation

En Espagne, la startup technologique ESUS Mobility est arrivée dans le top 10 des catégories CleanTech et Industry Challenge du concours Super Connect for Good 2021. L’histoire de la startup commence par une simple prise de conscience : bien que respectueux de l'environnement, les scooters électriques ne sont pas adaptés à la vie quotidienne. William Venturim, CEO d’ESUS Mobility, explique comment les utilisateurs de scooters électriques de Valence, en Espagne, se déplacent les bras chargés de courses, de paquets et parfois de jeunes enfants, ce qui s’avère particulièrement dangereux. La mission de la startup porte donc sur la fourniture de véhicules électriques capables de répondre aux besoins des citoyens d’aujourd'hui.

Lauréat régional du même concours Super Connect for Good, la société britannique Electric Miles propose des solutions aux conducteurs de véhicules électriques (VE). Pour le CEO et fondateur, Arun Anand, l'adoption de VE peut réduire efficacement les émissions de CO2. Pour cela, il estime qu’il faut s’assurer de leur rendement et veiller à ce que ce type de transport ne gaspille pas l’énergie. À ce sujet, M. Anand a récemment déclaré lors d'un événement Tech Founders live organisé par Hays Technology : « 90 % du temps, les voitures sont en stationnement... Si elles ne sont pas utilisées, leur batterie s’épuise en une semaine ou deux. ».

« Si votre voiture stationne 90 % du temps, elle pourrait bien devenir une centrale électrique mobile. Elle pourrait servir à bien d’autres tâches. Vous pourriez alimenter votre maison, votre machine à laver, votre lave-vaisselle, en la stationnant devant chez vous. »

Andy Gomarsall MBE, ancien champion de la Coupe du monde de rugby 2003 avec l'Angleterre, est désormais Directeur Général de N2S, une entreprise qui recycle et réutilise des équipements électroniques au Royaume-Uni. L'objectif de la société est de réduire les déchets électroniques en prolongeant la durée de vie du matériel afin de créer une économie circulaire. Pour parler de sa motivation en tant que chef d’entreprise, M. Gomarsall lance une analogie sportive : « Il faut foncer dans la mêlée et le faire pour le bien-être des générations futures. La planète que l’on laisse derrière nous ne sera pas vraiment sympathique, n'est-ce pas ? C'est ça qui me fait bondir hors du lit le matin. ».

Alors qu’il travaille chez N2S depuis près de 12 ans, M. Gomarsall trouve toujours des raisons de se battre pour un monde plus durable. Il fait référence à un récent documentaire sur la vie quotidienne durant le confinement en 2020 : « C'est tout simplement le film le plus remarquable que j'aie jamais vu. Il m’a profondément marqué. On y voit des gens, en Inde, monter sur leur toit et constater qu'ils peuvent voir l'Himalaya car le nuage de pollution a disparu. Lorsqu'on s’arrête un instant pour regarder ce qu’il se passe sur notre planète, on prend enfin conscience de ce genre de chose. ».
 

La tech au service de la réduction des émissions de CO2 et de la pollution

Les progrès technologiques ont permis de réaliser récemment des avancées exceptionnelles en matière de réduction de la pollution et des émissions nocives. Cependant, si ces technologies ne sont pas correctement mises en œuvre, nous n'en tirerons pas l’intégralité des bénéfices.

Comment savoir si nous sommes sur la bonne voie ? Linian Li gère les activités de Modern Water en Grande Chine depuis plus de dix ans, après avoir travaillé et étudié au Canada et en Europe. Modern Water utilise des technologies de pointe, comme l'intelligence artificielle, pour surveiller la contamination des réserves d'eau. Mme Li explique que, depuis la pandémie, la demande d'équipements fabriqués par sa société a augmenté car un nombre croissant de personnes prennent conscience de la réalité des choses. Reconnaissant l’ampleur mondiale du problème, Modern Water a pris des mesures pour partager ses connaissances et ses analyses avec le public afin d'améliorer la qualité de l'environnement, notamment dans les régions sous-développées.

« Réduire notre dépendance à l'égard des véhicules à essence serait une bonne chose », ajoute M. Anand. Compte tenu des habitudes de consommation et des facteurs économiques, est-il possible de généraliser l’achat de VE à l’échelle mondiale ? Interrogé sur une éventuelle adhésion du marché sud asiatique, M. Anand précise : « Le marché indien est évidemment très intéressant. Il rassemble 1,4 milliard d’individus. Mais connaîtrons-nous un jour une adoption totale des véhicules électriques ? Non. N'y pensez même pas, c'est une mauvaise stratégie. ».

« Quels sont les plus grands pollueurs routiers dans des pays comme l'Inde et l'Indonésie ? Les bus et les camions. Commençons donc par les rendre électriques ! Oubliez le marché des particuliers, la technologie est trop chère et l'infrastructure nécessaire est inexistante. »
 

« Les progrès technologiques ont permis de réaliser récemment des avancées exceptionnelles en matière de réduction de la pollution et des émissions nocives. Cependant, si ces technologies ne sont pas correctement mises en œuvre, nous n'en tirerons pas l’intégralité des bénéfices. »

 
Ce problème se pose dans le monde entier. M. Gomarsall, qui répond à notre entretien alors qu’il traverse Londres sur un vélo électrique, nous confie : « Des amis à moi sont asthmatiques. Ils ne peuvent parfois pas venir à Londres à cause de la pollution. Lorsque vous commencez à vous renseigner sur la pollution atmosphérique, vous découvrez qu’elle tue sept millions et demi de personnes dans le monde chaque année. C'est tout simplement inacceptable. C'est tout simplement dingue ! ».
Et c'est là, explique M. Gomarsall, que N2S essaie d'avoir un impact positif, même si c’est difficile. « Le monde est confronté à un réel défi environnemental. Les combustibles fossiles sont utilisés par tous et dans tous les secteurs, pour produire de l'énergie et des biens. Cela entraîne des conséquences préjudiciables en matière de pollution de l'air et de l'eau. C'est vraiment négatif, à la fois en front-end et en back-end. »
 

Trouver la force motrice

« À court terme, les entreprises à fortes émissions font face à une plus grande pression », déclare Mme Li. « La demande réelle en Chine pour une technologie économe en énergie est la clé de voûte de l’industrie chinoise. »

Mme Li attribue également aux États un rôle de moteur de l'innovation et de pratiques respectueuses de l'environnement : « Si les gouvernements réglementent les rejets d'eaux usées des industries, de plus en plus d'entreprises seront contraintes d'adopter des systèmes technologiques permettant de réduire leur impact environnemental. ».

M. Gomarsall estime que l'adhésion des gouvernements est primordiale. Quant à la croissance des activités de N2S, il nous confie : « Nous faisons du lobbying au niveau du gouvernement car le Royaume-Uni est le plus grand exportateur de DEEE (déchets d'équipements électriques et électroniques). C'est donc notre raison d'être : notre objectif est de devenir l'entreprise de recyclage la plus écoresponsable auprès des entreprises technologiques B2B, des blue chips et du gouvernement. ».

La startup ESUS Mobility a reçu le soutien du conseil municipal de Valence en participant à l’accélérateur Col-lab et en obtenant un espace de travail dans le centre d’innovation sociale et urbaine de Las Naves. Pour autant, c’est la loi qui a contraint l'entreprise à innover. M. Venturim se rappelle : « L'idée du scooter familial est venue en premier mais, au milieu de notre projet, la législation espagnole a été modifiée pour stipuler que ce genre de véhicule électrique léger ne pouvait être utilisé que par une seule personne ! Nous nous sommes retrouvés avec un véhicule capable de transporter deux personnes, mais qui ne pouvait légalement en transporter qu'une. Nous avons donc eu l'idée d'un véhicule de base qui serait complété par différents modules. On peut ainsi livrer des colis, transporter du matériel pour nettoyer les rues, des outils de travail, des courses ou des bagages d'aéroport. ».

Sans le vouloir, ESUS Mobility ne pouvait plus proposer un véhicule à usage personnel, mais la startup avait trouvé une nouvelle cible : les municipalités, les commerçants et les coursiers qui, autrement, auraient utilisé des véhicules fonctionnant à l’essence.
 

Et ensuite ?

La technologie offre des solutions pour instaurer une culture de l'écologie durable, et l’engouement est là. Mme Li rapporte que Modern Water a dû augmenter sa capacité de production pour répondre à la demande croissante. Autre projet de l'entreprise, « créer des instruments optimisés, miniaturisés et plus rentables capables de recueillir efficacement des données en vue d’un traitement par des modèles d'intelligence artificielle pour obtenir des résultats plus détaillés, plus rapidement ».

Pour une startup comme ESUS Mobility, l'avenir consiste à développer son produit en fonction des besoins des clients et à faire en sorte d’obtenir la plus large adhésion possible. M. Venturim et son CMO, Fran Soriano, nous indiquent que leur société est en train de développer une technologie qui permettra aux véhicules de circuler dans les zones piétonnes en toute sécurité. Cela peut sembler farfelu mais, comme le souligne M. Venturim : « C'est un peu difficile de dire ce qui est réaliste, parce qu'on voit parfois des choses aux infos qui ressemblent à de la science-fiction ! ».

Pour M. Gomarsall et N2S, la prochaine étape est claire : « J'ai toujours soutenu que notre secteur devait passer à une économie circulaire. Un téléphone contient 62 métaux différents. Je ne trouverai pas le repos tant que cette technologie ne sera pas fabriquée intégralement à partir de matériaux recyclés et tant que nous n’aurons pas une chaîne de traçabilité complète pour chaque composant. Nous avons tous un travail à faire, aussi petit ou grand soit-il. ».
 

Pour aller plus loin

 

Femmes et filles de science : où en est-on en 2022 ? (hays.fr)

Comment combler le manque de compétences numériques ? (hays.fr)

Top 10 des métiers de la tech les plus demandés en 2022 (hays.fr)

Ces experts de l'IT dont votre entreprise a besoin (hays.fr)

Auteur

https://www.hays.fr/documents/14951101/27988953/Olivier+Pacaud.jpg/66e8261f-08b9-abfb-8ccb-766bd6d6e0b4?t=1631872803852&imagePreview=1Olivier Pacaud
Directeur IT Perm France & Luxembourg
 

Diplômé d’un Master en école de commerce à Strasbourg, Olivier a rejoint Hays en 2015 en tant que Consultant IT. Recruteur Tech expérimenté, il a été récompensé en interne à plusieurs reprises pour ses performances individuelles, et a notamment reçu le prix du meilleur Consultant IT Hays France et Luxembourg à trois reprises. Après avoir été Manager commercial spécialiste du marché du numérique en France, Olivier occupe actuellement le poste de Head of Tech perm Recruitment France & Luxembourg.

00
Ajouter des commentaires
Veuillez confirmer pour continuer.