POURQUOI LES SOUS-TRAITANTS IT SONT LES MOTEURS DE LA DIGITALISATION

Romain Dionnet, Directeur Adjoint, en collaboration avec Noémi Capell.

La transformation numérique, aussi appelée digitalisation, est le processus d'intégration de la technologie digitale au sein des activités des entreprises, ceci afin de faire évoluer les business model, de générer de nouveaux revenus et de nouvelles opportunités. Cette transition nécessite un changement des pratiques et une réorganisation des process.
 
 
Dans cet article, nous allons expliquer pourquoi les sous-traitants informatiques et, plus largement, les ressources temporaires, sont en train de devenir les moteurs de la transformation digitale.
 
La digitalisation concerne toutes les entreprises
 
Dans le monde du travail, la transformation digitale s’accélère, quels que soient le secteur et la situation géographique de l'entreprise. Des entreprises de biens de consommation ont ainsi développé des applications pour faciliter le lancement de leurs produits sur de nouveaux marchés et des fabricants ont mis en place de nouvelles plateformes BI. On peut penser aussi au secteur de l’Education et aux plateformes de cours à distance, mises en place pour faire face à la fermeture des écoles lors des confinements.
 
Quelle que soit leur activité, la plupart des entreprises auront probablement un projet de digitalisation sur le feu à un moment ou à un autre. Et pour mener à bien ces projets, il leur faut une expertise informatique.
 
Face à ces besoins, l’Union européenne et le gouvernement français ont débloqué 715 millions d’euros pour soutenir les PME de tous secteurs d’activité dans leur transition numérique. Cette aide pourra notamment les aider à renforcer leur présence en ligne, faciliter leurs relations avec leurs partenaires ou encore améliorer l’expérience des télétravailleurs.
 
La demande d’experts en informatique dépasse l'offre
 
La pénurie de compétences informatiques n'est un secret pour personne, alors que les entreprises traditionnelles poursuivent leur transformation digitale et celles issues du numérique continuent de développer leurs activités. De nombreuses sociétés ne disposent pas de toutes les compétences dont elles ont besoin en interne pour mener à bien leurs projets numériques. Il faut aussi garder en tête que les outils numériques évoluent sans cesse et que la plupart des solutions digitales d’aujourd’hui sont amenées à évoluer rapidement.
 
Ce contexte est donc particulièrement favorable aux entrepreneurs IT, leurs compétences étant très demandées. Pour mener à bien la transformation numérique, les DSI doivent faire appel à des sous-traitants, qui leur permettent de combler le déficit de compétences, de renforcer les équipes existantes, de faire preuve de flexibilité, de gérer la résistance au changement et de faire avancer les projets numériques.
 
Cette évolution pourrait être considérée comme négative (du moins du point de vue des employeurs), mais la sous-traitance signifie que le talent n'est pas rattaché à une seule et même entreprise et que les personnes hautement qualifiées peuvent partager leur expertise sur l'ensemble du marché. Ainsi, tout le monde peut atteindre ses objectifs et se développer.
 
L'environnement traditionnel des entreprises s'assouplit
 
Soucieuses d'attirer les meilleurs talents, de nombreuses entreprises se montrent plus souples et tentent d'adopter la culture des start-ups. Par exemple, dans le secteur des Services financiers, les entreprises adoptent des pratiques de travail flexibles, offrent des avantages supplémentaires et se débarrassent des cubicules pour améliorer le bien-être et l'épanouissement de leurs salariés.
 
Prenons l’exemple de la Deutsche Bank et sa fabrique digitale (Digital Factory), qui emploie 400 salariés chargés de trouver des solutions pour sa transformation numérique. Dans une ambiance qui rappelle les start-ups (aménagement ouvert, consoles de jeux, réfrigérateurs à bière, etc.), les salariés qui travaillent au sein de l'équipe internationale s'attellent à la tâche très sérieuse de transformer la Deutsche Bank en une entreprise capable de répondre aux demandes sans cesse plus exigeantes de ses clients férus de numérique.
 
Pour la Deutsche Bank, avoir recours à des ressources temporaires IT va au-delà de la mission à accomplir. La première banque allemande cherche aussi activement à mobiliser des personnes passionnées, dotées de compétences techniques de pointe, et la Digital Factory a certainement été lancée en partie pour les attirer dans ses rangs.
 
Les sous-traitants IT sont bien placés pour faire avancer la transition numérique au cours des prochaines années. Lorsqu’ils parviennent à se positionner efficacement sur le marché, un grand nombre d'opportunités s'offrent alors à eux.
 

Auteur

Romain Dionnet
Directeur Adjoint IT

Diplômé d’une école de commerce, Romain a intégré Hays en 2008 en occupant le poste de Consultant en recrutement pendant 4 ans pour accompagner les sites de production pharmaceutique en France sur leurs problématiques de recrutement. En 2012, Romain a eu l’opportunité de manager la section recrutement permanent de la division Industrie pharmaceutique, tout en conservant un rôle opérationnel. En plus de faire grandir cette équipe, Romain a lancé la division Hays Santé à l’échelle nationale, puis il a également repris la gestion de la prestation de services pharmaceutique de Hays. Cette division comptait 160 salariés en mission au sein d’une clientèle hétérogène. En 2018, Romain a accepté le challenge de reprendre le management de la section prestation de services informatiques. Initialement dédié aux sciences de la vie, Romain a développé son expertise dans le recrutement de talents en informatique auprès des acteurs de la FrenchTech. Il a participé au lancement et au développement national de la division Hays IT. A la tête d’une équipe de près de 50 collaborateurs, Romain a lancé la prestation de services sur les métiers de la finance il y a plus d’un an.

00
Ajouter des commentaires
Veuillez confirmer pour continuer.