Entretien d’embauche : comment parler de son licenciement pour cause de Covid-19 ?

ENTRETIEN D'EMBAUCHE : COMMENT PARLER DE SON LICENCIEMENT POUR CAUSE DE COVID-19 ?

Aborder le sujet du licenciement est toujours délicat lors d’un entretien d’embauche. Voici nos conseils pour en parler au recruteur.

Avec l’épidémie de Covid-19 qui a entraîné une crise économique sans précédent, de nombreux postes ont été supprimés, faisant grimper le taux de chômage en France. Beaucoup d’actifs se sont donc retrouvés sur le marché de l’emploi, à la recherche d’un nouveau poste. Alors que les recrutements reprennent peu à peu, la question se pose donc : comment parler de son licenciement pour cause de Covid-19 pendant un entretien d’embauche ? Eléments de réponse.

Faut-il parler de son licenciement en entretien ?

Bravo, vous avez réussi à obtenir un entretien d’embauche ! Mais l’euphorie est à peine retombée que vous redoutez déjà la fameuse question que le recruteur vous posera sans doute lors de votre entretien : « Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi ? ». Répondre à cette question peut s’avérer complexe après un licenciement, surtout lorsque l’on n’est pas ou mal préparé ou que le sujet est encore sensible.
 

Pourtant, si vous avez été licencié en raison de la crise économique ou si votre entreprise a fait faillite à cause de la pandémie de Covid-19, n’hésitez pas à en parler. Les recruteurs comprennent la situation et ils savent qu’en cette période de crise sanitaire les vagues de licenciement se sont multipliées. Sachez d’ailleurs que si vous n’en parlez pas de vous-même, il y a de grandes chances que le recruteur vous pose la question. Et vous allez devoir y répondre.

Voici nos conseils pour aborder le sujet avec le recruteur :       

Entraînez-vous à en parler

Ce n’est pas une surprise : il faut toujours préparer ses entretiens d’embauche ! L’improvisation n’est pas toujours notre meilleur alliée…

Du reste, la question du licenciement est délicate, alors mieux vaut donc s’y attarder un peu. Lorsque vous vous entraînerez chez vous, partez du principe que le recruteur va aborder le sujet. Préparez votre discours pour raconter votre expérience de manière fluide et concise et répétez-le plusieurs fois, devant un miroir ou une personne de votre entourage. Imaginez toutes les questions que pourrait vous poser le recruteur quant à votre départ et entraînez-vous à y répondre.

Faites aussi attention à votre communication non-verbale : votre élocution, le ton de la voix, le contact visuel, la position de vos bras et de vos épaules ou encore votre sourire en disent beaucoup sur vous.

N’évitez pas le sujet

En cette période de crise économique sans précédent, le marché de l’emploi est chamboulé et les recruteurs en sont conscients. Si vous avez été licencié pour motif économique, vous n’avez pas à avoir honte. Libre à vous de laisser le recruteur aborder le sujet en premier mais lorsqu’il le fera, n’évitez pas la question. Soyez également honnête et transparent : si votre réponse est vague, le recruteur pourrait penser que vous ne lui dites pas toute la vérité, voire même que vous avez fait quelque chose de mal. Alors pour éviter tout malentendu, soyez précis quant aux raisons de votre départ.

Montrez que vous savez rebondir

A l’instar de la capacité d’adaptation, la résilience est une soft-skill dont l’on a beaucoup entendu parler ces derniers mois, pendant et après le confinement. Certes, perdre son emploi est un coup dur pour le moral, mais il faut pourtant montrer au recruteur sa capacité à rebondir et à aller de l’avant.

Bien sûr, même si le licenciement est économique, il est normal et courant d’éprouver de la rancœur, de la honte ou de la colère, que ce soit envers soi-même, l’employeur et même son ancienne équipe, surtout si on est le seul (ou l’un des seuls) à avoir été licencié.

Néanmoins, ne vous positionnez pas en tant que victime. Vous devez montrer au recruteur que vous pouvez rebondir et vous projeter dans une nouvelle fonction, même après avoir vécu une situation difficile. Pour cette raison, avant de vous lancer pleinement dans votre recherche d’emploi, mieux vaut attendre d’avoir digérer la perte de votre ancien poste.

Autre conseil vital : évitez de critiquer votre dernier emploi pendant l’entretien, car le recruteur pourrait penser que vous pourriez faire la même chose avec votre nouvel employeur. Concentrez-vous plutôt sur les aspects positifs de la situation, montrez par exemple que ce licenciement représente pour vous l’opportunité de vous réorienter ou de monter en compétences, d’apprendre de nouvelles choses, de partager vos connaissances, de vous lancer dans un nouveau projet, etc.

Ne vous rabaissez pas

L’objectif de l’entretien d’embauche est pour le recruteur de vérifier que le profil et les compétences du candidat sont en adéquation avec le poste à pourvoir. Vous ne devez en aucun cas vous dévaloriser devant lui. D’ailleurs, ce n’est pas parce que vous avez été licencié que vous êtes un mauvais candidat. Au contraire, montrez-lui que vous avez confiance en vos capacités et ne vous rabaissez pas au moment d’aborder le sujet de votre licenciement.

Vous devez rassurez le recruteur et lui signifier que vous avez su tirer des leçons de vos expériences passées, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Prouvez-lui que votre profil correspond à ce poste.

Choisissez bien votre vocabulaire

Faites bien attention aux mots que vous utilisez lors de votre entretien d’embauche. Certaines phrases ou expressions peuvent vous nuire ! Ainsi, ne dites pas que vous avez été viré mais plutôt que votre employeur a mis fin à votre collaboration.

Du reste, comme mentionné plus haut, essayez de rester positif, même lorsque vous évoquez votre départ. N’étalez pas vos émotions négatives tels que la rancœur, la déception ou la colère. Parlez des faits plutôt que de vos sentiments, et évitez donc de dire au recruteur que vous avez été en colère à l’annonce de votre licenciement, que vous avez ressenti de la jalousie ou de la déception face à vos collègues qui eux n’ont pas été licenciés, ou même que vous êtes très heureux d’avoir enfin quitté cette entreprise.

Ne vous focalisez pas sur le sujet

Certes, le sujet est important mais il ne faut pas non plus s’y attarder. Après tout, il ne s’agit que d’une question parmi d’autres. Le recruteur va vouloir aborder d’autres points. Ne partez donc pas dans des explications compliquées, restez bref et concis. Vous montrerez ainsi votre capacité d’analyse, votre proactivité, votre résilience et votre aptitude à aller de l’avant.

Marie Hathroubi, Training & Recruitment Director, an collaboration avec Noémi Capell. 

Bloc webinar petit

NOS WEBINARS

Nos experts prennent la parole lors de conférences en ligne.

Découvrez celles à venir !

Nos podcasts ok

ECOUTEZ NOS PODCASTS

Découvrez tous les conseils de nos experts.

Suivez nous ok

SUIVEZ-NOUS