L’Actu Emploi & RH – 7 avril 2021

L'ACTU EMPLOI & RH - 7 AVRIL 2021

 
Tous les mois, L’Actu Emploi & RH vous propose un récapitulatif des dernières actualités du monde du travail. Bonne lecture !

Les chiffres clés :

•    Chiffre Hays : Selon une étude menée par Hays France & Luxembourg, 53% des répondants estiment que leur travail n’est pas reconnu par leur hiérarchie.
•    Le risque de contamination serait réduit de 25% en cas de télétravail partiel, ou de 30% en cas de 100% télétravail, selon une étude de l’institut Pasteur et de l’Assurance maladie. 
•    85/100 : C’est la note moyenne obtenue par les entreprises de plus de 50 employés en matière d’égalité entre les femmes et les hommes en 2021 (Index de l’égalité professionnelle hommes-femmes).
•    Le télétravail aurait fait grimper la productivité des salariés de 22% pendant les confinements.
•    83% des cadres continuent à envisager une reconversion professionnelle malgré la crise, selon une étude Cadremploi.
 
14% des cadres ont effectué une reconversion professionnelle malgré la crise

Malgré la crise, 83% des cadres continuent à envisager une reconversion professionnelle. 14% d’entre eux sont même passés à l’acte, et 20% sont actuellement en train de le faire, selon une étude de Cadremploi, menée auprès de 1 800 cadres en mars 2021. 

La crise ne semble d’ailleurs pas les avoir freinés, puisque que 37% des répondants qui ont effectué une reconversion déclarent avoir sauté le pas au cours des derniers mois. De plus, pour 44% des cadres qui ont choisi de se reconvertir, la crise a même fait office d’accélérateur.

Alors que plus de 4 cadres sur 10 ont l’impression de ne pas avancer dans leur carrière, selon Cadremploi, « les 3 raisons principales qui poussent les cadres à penser à la reconversion sont le manque d’épanouissement, la fin d’un cycle professionnel et le fait de ne plus trouver de sens à son métier. »

Résultats de l’Index de l’égalité professionnelle 2021 : un bilan plutôt positif

Le 8 mars, lors de la journée internationale des droits des femmes, le ministère du Travail a rendu public les résultats de l'index de l'égalité professionnelle 2021. 

Résultat, les entreprises de plus de 50 employés ont obtenu en moyenne la note de 85 sur 100 en matière d’égalité entre les femmes et les hommes en 2021. Un chiffre en légère hausse par rapport à 2020 (84/100). 

Dans le détail, les entreprises de plus de 1 000 salariés ont obtenu la note de 87, celles de 250 à 1 000 salariés de 85, et les entreprises de 50 à 250 salariés de 83. Seules 2% des entreprises ont obtenu la note de 100 cette année. 

Pour rappel, l'index de l'égalité professionnelle a été créé en 2018 par la loi sur l'avenir professionnel et est obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés.

Du reste, cette année, les entreprises ont été plus nombreuses à rendre leur note publique : 70% des 40 000 entreprises de plus de 50 salariés l’ont publié contre 59% en 2019.

Télétravail : la productivité des salariés augmentée de 22% pendant les deux premiers confinements

Selon une étude de l'Institut Sapiens, le télétravail rend les salariés plus efficaces. La productivité des employés travaillant à distance aurait ainsi augmenté de 22% lors des périodes de confinement en 2020. 

D’après le cofondateur de l’Institut Sapiens, le travail à domicile « a entraîné la réduction du nombre de distractions et de perturbations », comme les pauses-café, les bruits de l’open space ou encore les « réunions inutiles et chronophages qui nuisent à la productivité ». 

Ce gain d’efficacité serait également dû à la réduction du temps de trajet domicile-travail, les moments passés dans les transports ou la voiture étant désormais consacrés à une autre activité ou au sommeil, permettant aux télétravailleurs d’être moins fatigués et donc plus efficaces. Le télétravail aurait permis aussi d’augmenter la motivation et la responsabilisation des salariés, qui ont par ailleurs une meilleure gestion de leur emploi du temps.

Autre conséquence positive de sa généralisation, le télétravail aurait contribué à préserver en 2020 entre 216 et 230 milliards d’euros de produit intérieur brut (PIB), d’après les calculs de l’institut Sapiens. Le premier confinement aurait ainsi permis de sauvegarder entre 167 et 173 milliards de PIB, et pour le deuxième, entre 49 et 57 milliards.

Le nombre de chômeurs sans activité en légère hausse en février

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans activité) a enregistré une hausse de 0,6% en février, ce qui représente 23 000 inscrits en plus, pour s’établir à 3,816 millions, selon les chiffres de la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) publiés jeudi 25 mars.

Si on inclut l’activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d’emploi en France (hors Mayotte) est stable en février (+2 300), et s’établit à 6,012 millions, selon le service statistique du ministère du Travail.

En janvier, le nombre de chômeurs de la catégorie A avait diminué de 0,9% (soit 34 600 inscrits en moins) et était déjà resté quasi stable pour les trois catégories A, B et C.

Selon la Dares, toutes les classes d’âge sont concernées par cette hausse. Les sorties pour reprise d’emploi, qui avaient nettement baissé pendant le deuxième confinement (en novembre et en décembre), ont commencé à reprendre depuis janvier.

L’aide à l’embauche de jeunes de moins de 26 ans prolongée jusqu’au 31 mai

Lundi 15 mars, Jean Castex a annoncé que les aides exceptionnelles à l'embauche des jeunes de moins de 26 ans et au recrutement d'alternants, décidées cet été jusqu’au 31 mars, seront prolongées de plusieurs mois. 

L’aide à l'embauche de jeunes de moins de 26 ans (1 000 euros par trimestre de contrat pour une durée d’un an au maximum) sera ainsi maintenue jusqu’au 31 mai prochain. A partir du 1er avril, son plafond évolue : alors qu’il concernait tous les jeunes au salaire inférieur à deux fois le Smic, la prime sera recentrée sur les salaires inférieurs à 1,6 Smic. 

Selon le ministère du Travail, près de 1,3 million de jeunes de moins de 26 ans ont été embauchés en CDI ou CDD de plus de trois mois entre août et janvier derniers, dont 340 000 ont fait l'objet pour l'instant d'une demande d'aide. Le coût entre juillet 2020 et le 31 mars 2021 est évalué à 803 millions d'euros. 

Les primes à l'apprentissage et aux contrats de professionnalisation (8 000 euros pour un majeur, 5 000 pour un mineur) seront quant à elles prolongées en l'état jusqu'à fin 2021.
 
Pressy Gunasekar, Directrice Communication et Marketing, en collaboration avec Noémi Capell.

Glossaire bloc

NOTRE GLOSSAIRE

Si vous avez entendu ou lu un mot dont la signification vous échappe, découvrez notre glossaire !

Nos podcasts ok

NOS PODCASTS

Nos experts vous livrent tous leurs conseils sur le recrutement et le monde du travail. 

Bloc webinar petit

NOS WEBINARS

Nos experts prennent la parole lors de conférences en ligne.

Suivez nous ok

SUIVEZ-NOUS