NOUVEAUX PARENTS : QUE FAIT VOTRE ENTREPRISE POUR VOUS ?

NOUVEAUX PARENTS : QUE FAIT VOTRE ENTREPRISE POUR VOUS ?

L’arrivée d’un enfant modifie profondément la vie de famille, ce qui n’est pas sans conséquences sur la vie professionnelle. Que propose l’entreprise pour aider les parents à concilier ces deux sphères ?

 

Qu’est-ce que la parentalité ?
 

La parentalité tient compte de tout ce qui est lié à l’équilibre vie professionnelle et vie privée chez les parents. Après la naissance d’un enfant, le parent doit s’organiser en conséquence : chercher une crèche ou une nourrice pour garder son enfant, faire face à ses nouvelles responsabilités, trouver du temps à accorder à sa famille, etc.
 

Quelles mesures pour soutenir la parentalité en entreprise ?
 

Des règles de vie au travail

Pour mieux respecter l’équilibre entre vie familiale et vie professionnelle, les entreprises doivent prouver que la parentalité n’est pas incompatible avec le travail, même dans les métiers très prenants qui semblent difficiles à coupler avec une vie de famille. Les règles fixées au quotidien peuvent être simples comme éviter de placer les réunions tôt le matin ou tard le soir par exemple.  

Le travail à domicile

La possibilité de travailler de chez soi, donc supprimer les temps de transports et être disponible pour sa famille, facilite la vie des jeunes parents. Même si les outils numériques et les logiciels informatiques ont facilité le « home office », il n’est pas encore adopté par toutes les entreprises.

La journée enfant malade

Si votre enfant a moins de 16 ans et est à votre charge, vous pouvez faire la demande de congé enfant malade, quels que soient la taille de votre entreprise et votre contrat de travail. Ainsi, vous pourrez bénéficier d’un ou plusieurs jours de congé par an. Le Code du travail n’exige aucune condition d’ancienneté ni aucun délai de prévenance à respecter par le salarié. Toutefois, l’employeur n’est pas tenu de rémunérer le salarié absent pour congé enfant malade.

Les horaires aménagés

L’aménagement des horaires de travail (horaires de travail individualisés) offre une souplesse aux salariés, notamment aux jeunes parents. Le salarié choisit ses heures d’arrivée et de départ en respectant les plages fixes prévues par l’employeur, s’il y en a. Ainsi, concilier sa vie professionnelle et familiale devient plus simple.

Le travail 4/5e (ou 80%)

Dans le cadre d’un congé parental d’éducation, c’est-à-dire lorsque l’enfant a moins de 3 ans et le salarié au moins 1 an d’ancienneté dans l’entreprise, il est possible de demander un 4/5e (ou 80%). L’employeur ne peut refuser cette demande. Les salariés en 4/5e disposent des mêmes droits que les salariés à temps plein : congés, avantages dus à l’ancienneté, etc. A noter que les avantages et la rémunération sont proportionnels au temps de travail.

La participation aux frais de garde d’enfant

L’entreprise peut faire profiter ses salariés de chèques emploi service universel (CESU) pour du baby-sitting ou une participation aux coûts de la crèche. Les CESU peuvent être préfinancés par l’employeur et prendre la forme d’un titre de paiement nominatif à montant prédéfini (comme le ticket restaurant).  

La crèche d’entreprise

Conscients des difficultés des parents de concilier garde d’enfants et activité professionnelle, certains employeurs proposent leur propre système de garde à leurs collaborateurs.

Les crèches d’entreprises accueillent les enfants jusqu’à leurs 3 ans. L’employeur a la garantie d’obtenir un certain nombre de places aux parents. Le coût n’est pas plus élevé que celui d’une crèche collective car il est fixé par la CAF. Mais la mise en place de ces aides relève du bon vouloir de l’employeur (ou du CE).

De plus en plus d’entreprises s’engagent en faveur de la parentalité et se sentent concernées par ce sujet de fond, partant du fait qu’un parent moins stressé est moins absent, plus investi et plus performant.

 

Karen Holcman, rédactrice.

Nos podcasts ok

ECOUTEZ NOS PODCASTS

Découvrez tous les conseils de nos experts.

Suivez nous ok

SUIVEZ-NOUS