INSCRIPTION NEWSLETTER

INSCRIVEZ-VOUS !

Restez connecté, recevez les dernières informations qui vous permettront de booster votre carrière ou votre entreprise ! 

Suivez nous ok

SUIVEZ-NOUS

   

Le chiffre du mois de Novembre 2020

 
Dans le contexte actuel, beaucoup d’entreprises, durement touchées par la crise économique, ont dû revoir leurs budgets annuels et notamment ceux liés aux rémunérations. Pour celles ayant fait le choix de geler les salaires, comment cette décision a-t-elle été perçue par les salariés ? Se montrent-ils solidaires ? Et si rien n’a officiellement été annoncé, les collaborateurs s’attendent-ils à une augmentation ?
 
Selon une enquête réalisée par Hays, cabinet de recrutement spécialisé, en octobre 2020, auprès d'un panel constitué de 500 candidats et clients issus de sa base de données, il ressort que :
 
Malgré la crise, 30% des salariés s'attendent à une revalorisation salariale cette année
 
Si 81% des salariés interrogés déclarent que leur entreprise n’a pas communiqué sur un éventuel gel des salaires, ils ne sont pourtant pas optimistes quant à la perspective d’une augmentation cette année, puisqu’en effet, 71% n’attendent pas de revalorisation salariale.
Véritable levier de motivation, la rémunération permet de maintenir l’engagement des équipes. Mais dans ce contexte de crise sanitaire et économique, le gel des salaires est plus que jamais d’actualité. Si la moitié des collaborateurs considère que c'est injustifié, 20% se déclarent favorables à cette initiative, quand 30% ne se prononcent pas. Ces résultats montrent que les salariés se sentent partagés entre leur intérêt personnel et leur soutien envers leur entreprise.
 

Si 30% des employeurs déclarent n’avoir rien de prévu pour récompenser les efforts de leurs équipes, la grande majorité, consciente de l’investissement fourni durant cette période critique, envisage de :
 
  • Verser des primes : 47%
  • Offrir des avantages annexes (type chèques cadeaux) : 11%
  • Donner plus de flexibilité (en termes d’horaires, de télétravail...) : 24%
La crise économique touche également de plein fouet les demandeurs d’emploi, alors que le taux de chômage est en augmentation par rapport à l’année dernière (9% selon les derniers chiffres de l’INSEE) et que de nombreux secteurs d’activité sont en difficulté. Ainsi, plus d’un tiers des candidats se déclarent prêts à baisser leurs prétentions salariales pour augmenter leurs chances de trouver un poste.

NOS CHIFFRES DU MOIS

NOS CHIFFRES DU MOIS