Comment bien manager un jeune diplômé ?

COMMENT BIEN MANAGER UN JEUNE DIPLÔMÉ ?

 
Cette année, 750 000 jeunes diplômés entrent sur le marché du travail. Si votre entreprise recrute l’un de ces talents tout juste sortis d’école, il va falloir mettre en place une stratégie managériale adaptée à ce profil jeune, différent des profils plus expérimentés. Voici nos conseils pour manager efficacement ces nouvelles recrues.


Comprendre les attentes des nouvelles générations pour mieux adapter sa stratégie managériale

Pour manager un jeune diplômé efficacement, encore faut-il connaître et comprendre les attentes de cette génération. Le succès de la stratégie managériale en dépendra ! Car on peut s’en douter, on ne pilote pas une personne de 25 ans de la même façon qu’une personne de 50 ans. Le monde de l’entreprise et les stratégies managériales doivent s’adapter aux spécificités de cette génération.

Créatifs, à l’aise avec les nouvelles technologies et curieux, les jeunes veulent un poste qui leur propose des missions intéressantes et stimulantes. Le bien-être au travail est au cœur de leurs revendications, et ils recherchent notamment une bonne ambiance entre collègues, des missions qui ont du sens, une culture d’entreprise qui correspond à leurs valeurs et un bon équilibre vie professionnelle / vie privée. En somme, ils veulent évoluer dans une entreprise qui leur permet de s’épanouir professionnellement comme personnellement.

Autre chose importante à noter, les générations Y et Z n’ont pas la même relation avec la hiérarchie que leurs aînés. Le management vertical (ou pyramidal) traditionnel n’est plus aujourd’hui la méthode de management la plus efficace face aux jeunes, comme elle a pu l’être par le passé. Une hiérarchie horizontale, où le travail collaboratif tient une place centrale, est plus adaptée. Les nouvelles générations sont par ailleurs exigeantes et moins dociles que les précédentes, et elles s’épanouissent davantage dans une structure plus agile et avec un management plus souple.

Faire confiance et responsabiliser… tout en assurant un suivi régulier

Le jeune diplômé va peut-être tâtonner à ses débuts, pour ensuite monter peu à peu en compétences. C’est normal, il a besoin d’être formé et de prendre le temps d’apprendre ses nouvelles fonctions.

Toutefois, une erreur serait de l’infantiliser et de sous-estimer ses aptitudes, surtout lorsque l’on sait que cette génération est friande d’autonomie et de responsabilités. Leur faire confiance et les responsabiliser est en outre le meilleur moyen de booster leur confiance en eux et leur investissement, et donc leur performance.

En revanche et cela peut sembler paradoxal, le jeune diplômé attend également de son manager un accompagnement personnalisé et un suivi régulier, du moins pendant les premières semaines. Il faut ainsi préférer au contrôle permanent des feedbacks fréquents, tout en encourageant la prise d’initiative et la créativité. Il est donc primordial de trouver le juste équilibre entre accompagnement et autonomie, tout en se montrant disponible et à l’écoute. 

Faire de la place à la créativité

La génération Y est une génération créative, curieuse et avide de connaissance. Il faut donc laisser place à la créativité dans ses missions et tâches quotidiennes. 

C’est aussi une génération qui a tendance à se lasser vite, au manager aussi de proposer régulièrement de nouveaux projets pour rompre l’ennui, stimuler leur créativité et maintenir leur intérêt (et donc booster leur productivité et leur engagement !). C’est du reste pour eux l’opportunité d’apprendre de nouvelles choses et d’enrichir leurs compétences.
 
Par ailleurs, la créativité ne concerne pas uniquement les métiers dits « créatifs », c’est une compétence essentielle dans le monde du travail en général, notamment pour résoudre les problèmes, réfléchir à de nouvelles façons de travailler et faire avancer l’entreprise. 

Soigner l’onboarding : bien manager la jeune recrue dès son arrivée

La stratégie managériale doit être réfléchie et mise en œuvre dès l’intégration du jeune diplômé dans l’entreprise. A noter : un onboarding (ou processus d’intégration) réussi va permettre d’instaurer une bonne relation manager/salarié dès son arrivée. 

Pour cela, il est crucial de soigner l’intégration du jeune dès le processus de recrutement, et notamment en choisissant un candidat dont les valeurs sont en adéquation avec le poste et la culture d’entreprise. 

Ensuite, en plus de prévenir l’équipe de l’arrivée de la nouvelle recrue, le manager doit prendre le temps d’accueillir le nouveau collaborateur, de le présenter à son équipe (par exemple, en organisant un déjeuner ou un goûter virtuel) et lui faire découvrir les locaux. Un kit de bienvenue peut aussi être fourni (il contient par exemple la documentation dont il aura besoin, les codes d’accès et liens utiles, ses badges, le matériel informatique, des goodies, etc.). 

Pendant les premières semaines plus particulièrement, le manager doit se montrer disponible et être prêt à faire les petits ajustements nécessaires. Pour ce faire, il peut remettre au nouveau collaborateur, au cours du premier mois d’intégration, un rapport d’étonnement (également appelé « note d’observation critique ») et recueillir les feedbacks et les axes d’améliorations suggérés. Ces étapes sont indispensables pour que la nouvelle recrue prenne ses marques rapidement mais aussi pour stimuler son engagement, sa fidélité et son esprit d’équipe.

Mounia Jafari, Directrice Régionale Adjointe, en collaboration avec Noémi Capell. 
 
 

Glossaire bloc

NOTRE GLOSSAIRE

Si vous avez entendu ou lu un mot dont la signification vous échappe, découvrez notre glossaire !

Bloc webinar petit

NOS WEBINARS

Nos experts prennent la parole lors de conférences en ligne.

Nos podcasts ok

NOS PODCASTS

Nos experts vous livrent tous leurs conseils sur le recrutement et le monde du travail. 

Suivez nous ok

SUIVEZ-NOUS