Quelles questions se poser avant de changer de travail ?

QUELLES QUESTIONS SE POSER AVANT DE CHANGER DE TRAVAIL ?

 
 
Quête de sens, ennui, burnout, envie de gagner plus ou encore désir d’évolution, les raisons de changer d’emploi sont multiples. Et avec l’épidémie de Coronavirus qui a frappé la France ces derniers mois (et la période estivale propice à ce genre de réflexion), un grand nombre de salariés se sont mis à reconsidérer leur poste et à réfléchir à un changement. 

Mais, avec la crise qui sévit actuellement, est-ce vraiment le moment de partir et de prendre une décision aussi radicale ? Comment faire le bon choix ? Voici 8 questions à se poser avant de changer de travail.
 
 
   1.Qu’est-ce qui ne me convient plus dans ce poste ?

Que ce soit parce que vos missions sont trop répétitives, parce que vous cherchez davantage de flexibilité ou car l’entente avec la hiérarchie s’est dégradée, vous avez envie de changer de travail. D’accord, mais êtes-vous sûr de votre choix ? Est-ce une envie passagère ou un projet mûrement réfléchi ? 

Avant de prendre votre décision, prenez le temps de réfléchir à votre situation point par point pour comprendre exactement ce qui pose problème et potentiellement ce qui vous manque, de manière la plus objective possible.

Considérez d’abord vos missions. Les trouvez-vous répétitives, trop complexes, monotones ? Ou plutôt stimulantes et intéressantes ? Souhaitez-vous davantage de responsabilités ou, au contraire, travailler moins ? Les missions sont-elles en phase avec vos valeurs ou vos passions ? 

Pensez aussi à votre environnement professionnel et votre bien-être au travail. Que vous travaillez en open-space, en bureau individuel, en espace de coworking ou chez vous en télétravail, ces conditions de travail vous conviennent-elles ? Le temps de trajet est-il un problème ? Souhaiteriez-vous travailler depuis chez vous plus souvent ? Comment évaluez-vous votre équilibre vie professionnel / vie privée ?

Réfléchissez maintenant à vos relations professionnelles avec vos collègues, votre manager et votre hiérarchie. Comment les décririez-vous ? Plutôt positives ou au contraire tendues, toxiques ? Pouvez-vous communiquer facilement avec eux et travailler en équipe ? 
 
   2. Suis-je bien payé actuellement ?

Autre critère à prendre en compte : la rémunération. Pensez-vous être bien payé dans votre poste actuel ? Si la réponse est non et si cela pourrait vous pousser à quitter votre entreprise, sachez qu’en cette période de crise, les salaires ont tendance à baisser dans certains secteurs. Considérez donc votre rémunération actuelle et comparez-la aux salaires proposés actuellement sur le marché (n’hésitez pas à consulter notre Etude de Rémunération Nationale 2020). Vous devez savoir si vous pouvez trouver mieux ou si au contraire vous risquez une baisse de salaire en quittant votre poste.

   3. Partir : est-ce vraiment la meilleure solution ?

Votre envie de partir est-elle ponctuelle ou un rêve de longue date ? Réfléchissez-y : est-ce simplement la conséquence d’un passage à vide, un manque d’enthousiasme lié à une mission stressante ou sans intérêt, ou encore à une mauvaise ambiance au travail pour cause de départs forcés ou de changement d’organisation ? 

Avant de prendre la décision de partir, considérez donc ceci : est-ce que cette situation qui vous ennuie est vouée à durer encore longtemps ? Si la réponse est non et il s’agit seulement de combler un manque ou une frustration ponctuelle, il y a peut-être d’autres solutions. 

La première chose à faire est d’en discuter avec vos proches pour avoir un avis extérieur et réfléchir à vos options. Ensuite, échangez avec votre N+1. La solution la plus adaptée est peut-être de changer de poste au sein même de votre entreprise ou de redéfinir vos missions.

   4. Ma situation financière me permet-elle de partir ?

Si vous choisissez de quitter votre entreprise avant même de retrouver un autre poste, mieux vaut avoir des économies suffisantes pour pouvoir vivre sans emploi pendant quelque temps. Cette question est encore plus importante s’il y a des crédits à payer ou des personnes à charge. Si besoin, patientez encore un peu pour avoir le temps de mettre de l’argent de côté et être plus à l’aise financièrement pendant cette période de transition et de recherche. 

Réfléchissez aux frais divers, et notamment au coût d’une éventuelle formation si vous souhaitez vous reconvertir ou monter en compétences. Existe-t-il des aides financières ou des subventions ? 

   5. Suis-je prêt(e) à utiliser mon temps libre pour candidater ?

Dans le cas où vous préférez trouver un emploi avant de quitter votre poste, sachez que la recherche d’emploi est chronophage ! Vous devrez utiliser votre temps libre pour mettre à jour votre CV, répondre à des annonces, potentiellement vous former et, bien sûr, si votre candidature intéresse les recruteurs, vous rendre aux entretiens (et pour cela, vous devrez évidemment prendre le temps de vous préparer !). 

Réfléchissez donc bien à cela avant de vous lancer : êtes-vous prêt(e) à utiliser votre temps libre pour postuler à des offres, voire même vous absenter du bureau en cas d’entretien ?

   6. Mon entourage me soutient-il ?

Certes, changer d’emploi est avant tout votre décision. Cependant, avoir le soutien de son entourage est un véritable plus. Le processus pour changer de métier peut être source de stress et de doutes, alors bénéficier d’une écoute attentive et des conseils de ses proches est précieux. Ils pourraient vous aider à prendre la bonne décision ou vous conforter dans votre choix. 

   7. Si je change de travail, quel sera mon état d’esprit ?

Enfin, mis à part toutes ces considérations rationnelles et objectives, quel est votre état d’esprit à l’idée d’un changement de métier ? Comment pensez-vous vous sentir après avoir franchi le cap ? 

Si, après plusieurs semaines voire plusieurs mois à y réfléchir, vous êtes toujours aussi motivé et vous tenez toujours autant à ce projet, lancez-vous ! Si ce n’était en revanche qu’une lubie, le résultat d’une frustration ou d’un ennui ponctuel, et l’envie de partir semble se dissiper peu à peu, alors il n’est peut-être pas encore temps de changer de métier.

   8. Quel est mon plan B ?

Parfois, même avec la meilleure volonté du monde et la meilleure des préparation, les choses ne se passent pas comme prévues. Refus de financement, licenciement de votre conjoint, crédits à payer… Pour éviter de vous retrouver dans une situation difficile, au cas où votre plan de reconversion ne pouvait finalement pas voir le jour, anticipez les éventuels problèmes et réfléchissez à un plan B.

A la recherche d’un emploi, consultez nos offres sur hays.fr !
 
Capucine Besse, HR Project Manager, en collaboration avec Noémi Capell. 
 
 

Glossaire bloc

NOTRE GLOSSAIRE

Si vous avez entendu ou lu un mot dont la signification vous échappe, découvrez notre glossaire !

Nos podcasts ok

NOS PODCASTS

Nos experts vous livrent tous leurs conseils sur le recrutement et le monde du travail.