Notre site web utilise des cookies. En poursuivant votre visite, vous consentez à naviguer sur notre site avec ces cookies cependant, vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment.

S'abonner à la newsletter

Nos offres d'emploi

Suivez-nous

ASSISTANT MEDICAL : UN POSTE CREE PAR LE GOUVERNEMENT POUR ALLEGER LES MEDECINS

assistant médical art.jpgAfin de désengorger les hôpitaux et d’alléger la charge de travail du personnel soignant, et en particulier des médecins généralistes, le gouvernement prévoit de débloquer 420 millions d’euros, mais également de créer plus de 4 000 postes d’assistants médicaux d’ici 2022 dans le cadre de son plan santé.

Quelles missions ?

Les missions de l’assistant médical sont les mêmes que celles des assistants dentaires ou des assistants ophtalmologues par exemple. L’assistant médical épaule le médecin dans les actes simples et agit comme un binôme : accueil des patients, préparation des consultations, vérification vaccinale, prise de tension, température, prise de rendez-vous chez un spécialiste, etc. Il l’aide aussi à se décharger de la partie administrative et des télétransmissions. Les assistants médicaux pourraient faire gagner jusqu’à 20% de leur temps aux médecins, leur permettant ainsi d’augmenter le nombre de consultations, y compris celles sans rendez-vous, et de se concentrer sur la médecine.

Quelle formation ?

Dans un premier temps, les assistants médicaux seront des aides-soignants, des infirmiers et des secrétaires médicaux qui auront bénéficié d’une formation supplémentaire. Mais pour le moment il n’existe pas de formation spécifique pour ce poste. La question de leur formation, de leurs responsabilités exactes, de leur rémunération ainsi que de leur positionnement par rapport aux infirmiers continue de se poser. Les prérequis restent toutefois une bonne connaissance du milieu médical, de la rigueur, de l’organisation, le sens du relationnel, la discrétion ou encore une bonne maîtrise des outils informatiques.

Où exercer ?

Les assistants médicaux seront avant tout affectés dans les zones dans lesquelles il existe une pénurie de médecins : centres hospitaliers, cabinets libéraux, maternités, maisons de retraite, etc. Toutefois, ils pourront être déployés à travers toute la France, partout où il existe des besoins, aussi bien au sein de structures de groupes ou de communautés professionnelles territoriales de santé soutenues financièrement par l’Etat.

Les premiers postes d’assistants médicaux seront créés dès 2019 dans les zones prioritaires. Ils seront financés pour tous les médecins, généralistes ou spécialistes, pour lesquels les patients ont des difficultés d’accès aux soins. La Sécurité sociale prendra en charge une majeure partie du salaire de ces assistants médicaux. Enfin, si le poste d’assistant médical et celui d’Infirmier en Pratique Avancée (IPA) servent tous deux à libérer du temps médical, ils sont à ne pas confondre, le niveau requis pour chacun étant très différent.

Pour consulter les offres dans le secteur de la Santé, cliquez ici.

Elodie Pogam, Responsable de division Santé, en collaboration avec Karen Holcman