Notre site web utilise des cookies. En poursuivant votre visite, vous consentez à naviguer sur notre site avec ces cookies cependant, vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment.

S'abonner à la newsletter

Nos offres d'emploi

Suivez-nous

LE NOMADISME : 34% DES SALARIES TRAVAILLENT EN DEHORS DE LEUR ENTREPRISE

Chiffre du mois mars 2019 Photo.png

Un sondage de l’IFOP révèle que plus d’un salarié sur 3 travaille ailleurs qu’à son bureau. Loin d’être un concept à la mode, le nomadisme qui est à distinguer du télétravail car il englobe bien plus de choses, est le reflet des évolutions du travail et un vrai levier de développement pour les entreprises. 

Qu’est-ce que le nomadisme ? 

Les évolutions du digital et des technologies ont profondément modifié le rapport des salariés à leur lieu de travail : désormais, ils sont nombreux à désirer travailler de n’importe où, quand ils le souhaitent et hors de leur bureau traditionnel : de chez eux, d’une salle de réunion, etc. Ainsi, le nomadisme englobe toute forme de travail accomplie ailleurs qu’à son poste de travail habituel dans l’entreprise. 

Souvent associé aux fonctions nécessitant de nombreux déplacements, le nomadisme concerne tous les types de salariés. 

Le nomadisme intra-entreprise et extra-entreprise

Le nomadisme intra-entreprise fait référence au travailleur nomade qui peut être salarié d’une entreprise mais très peu à son bureau habituel : il travaille souvent d’une salle de réunion, en dehors des plages horaires habituelles, dans des bureaux partagés où il s’installe là où il trouve de la place (desk-sharing), etc. 

Le nomadisme extra-entreprise concerne les travailleurs mobiles amenés à régulièrement quitter leur bureau, à se déplacer fréquemment en France ou à l’étranger, les personnes en télétravail, etc. Le nomadisme ne doit pas être confondu avec le télétravail car il englobe beaucoup plus de choses : le travail mobile, le télétravail officiel ou informel entre un manager et un collaborateur, le travail dans les transports et les tiers lieux en général, c’est-à-dire les lieux de travail alternatifs à l’entreprise et au domicile. 

Toutefois, les travailleurs nomades ne sont pas uniquement salariés. Parmi eux, on compte aussi les freelances ou les entrepreneurs qui inventent une nouvelle manière de travailler, combinant espace de travail non conventionnel et activité professionnelle.

Nomadisme : une attente des salariés et de l’entreprise

Le nomadisme correspond à une vraie attente, à la fois des salariés et de l’entreprise. Les collaborateurs peuvent choisir l’espace de travail le plus adéquat à leur travail et choisir de s’isoler pour se concentrer ou réaliser certaines tâches précises. 

De leur côté, certaines entreprises considèrent la mobilité au travail comme un élément stratégique de leur développement pour attirer et retenir les talents à la recherche de plus de flexibilité au travail, créer de l’émulation en favorisant les échanges et le travail collaboratif et amener de la créativité dans l’organisation. Le nomadisme au travail a prouvé sa capacité à améliorer la productivité, à augmenter la motivation et à participer à un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Les collaborateurs ont également le sentiment de gagner en autonomie et liberté.

Dans notre société encore dictée par les horaires et la présence au bureau, le développement du nomadisme requiert un changement de regard sur la culture. Pour mettre en place cette pratique, le management doit être capable de davantage responsabiliser et faire confiance. Toutefois, le nomadisme peut poser certaines questions : comment accompagner les salariés dans leurs pratiques nomades ou encore comment veiller à la confidentialité des données ?

Karen Holcman, rédactrice.