Notre site web utilise des cookies. En poursuivant votre visite, vous consentez à naviguer sur notre site avec ces cookies cependant, vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment.

S'abonner à la newsletter

Nos offres d'emploi

Suivez-nous

LES STARTUPS EN FRANCE : ENTRE MYTHE ET REALITE

startup photo.jpgNous venons de publier une enquête sur les startups en France. Si on parle de la France comme d’une « nation startup », ces structures reposent à la fois sur un mythe et une réalité. 
 
Un modèle qui transforme notre manière de travailler
 
Les répondants de notre enquête estiment que le phénomène des startups transforme notre manière de travailler au quotidien. Ils sont près de 78% à penser que les startups sont des structures flexibles et capables de s’adapter très rapidement aux changements (économiques, sociétaux, etc.). 
 
On note une demande croissante pour des missions qui ont du sens et un impact sur les autres. Parmi les répondants de notre enquête intéressés pour rejoindre une startup, plus d’un sur deux (52%) estiment que dans ces structures, les projets ont du sens. 
 
Enfin, plus de la moitié apprécient l’environnement de travail et le fait que les codes à respecter sont plus informels que dans les grandes entreprises. D’ailleurs, les startups qui réussissent doivent en partie leur succès à leur forte culture d’entreprise. 
 
Développement du travail indépendant
 
La montée du travail indépendant contribue au développement des startups en France. Il a d’ailleurs été multiplié par deux en dix ans. On note également un engouement pour les espaces de travail partagé. Le coworking mis en place dans le but de favoriser les échanges et développer des synergies entre les entrepreneurs se développe de plus en plus. 
 
Les startups : des structures à risque
 
Toutefois, cette réalité ne profite pas à tous. Si pour 22% des répondants de notre enquête, les startups deviendront un pourvoyeur d’emplois majeur, pour 31% d’entre eux, leur avenir est incertain et pour 52% d’entre eux, ces structures reposent sur un mythe. En effet, rejoindre une startup n’est pas anodin : il faut souvent travailler plus, pour un salaire moins intéressant que dans une grande entreprise et prendre le risque que la structure ne soit plus viable au bout de quelques années. 
 
Enfin, bon nombre de startups portent des projets intéressants mais qui ne se concrétisent pas par manque de moyens financiers (difficultés à lever des fonds par exemple) ou parce qu’elles ne trouvent pas de modèle économique permettant d’assurer leur pérennité. 
 
Retrouvez notre étude sur les startups en cliquant ici.  
 
Edouard Halle, en collaboration avec Karen Holcman.