Notre site web utilise des cookies. En poursuivant votre visite, vous consentez à naviguer sur notre site avec ces cookies cependant, vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment.

S'abonner à la newsletter

Nos offres d'emploi

Suivez-nous

LE DESK SHARING : CES SALARIES SANS BUREAU FIXE

decksharingphoto.jpg10%* des actifs français pratiquent le desk sharing. De plus en plus d’entreprises font le choix de repenser leurs espaces de travail, à l’instar des bureaux partagés. Qu’est-ce que le desk sharing et comment le mettre en place ? 
 
Desk sharing : définition
 
Desk sharing, « partage de bureau » en anglais, consiste à partager son bureau avec d’autres collègues. Le salarié n’a plus de bureau fixe : il peut arriver le matin et s’installer au premier bureau disponible. 
 
Plusieurs raisons expliquent le développement de cette tendance. Tout d’abord, le gain en coûts immobiliers : le desk sharing permet d’investir dans moins de bureaux que l’entreprise ne compte de salariés. En effet, en tenant compte des congés, des déplacements professionnels ou encore des arrêts maladie des collaborateurs, le nombre de bureaux est en principe suffisant pour que chacun trouve sa place pour la journée. 
 
Le desk sharing répond également à de nouvelles pratiques : la mobilité des salariés, des méthodes de travail plus collaboratives, le développement des nouvelles technologies, l’arrivée de nouvelles générations dans l’entreprise, etc. 
 
Ce sont surtout les entreprises digitalisées dans lesquelles les salariés travaillent en open space qui ont adopté le desk sharing. En effet, il est plus simple pour une entreprise qui dématérialise de recourir à cette pratique que pour une entreprise traditionnelle. 
 
Le partage de bureau, comment ça marche ? 
 
Le desk sharing implique de repenser tous les locaux. Il nécessite une solide préparation pour que les salariés puissent s’approprier leur espace de travail même s’ils n’ont pas de bureau personnel et pour mettre à leur disposition un espace dédié à leur équipe. L’objectif est donc de réduire les espaces personnels et d’augmenter les espaces partagés. 
 
Une telle organisation de travail ne se fait pas à la légère. Il faut réfléchir en amont aux fonctions et aux départements qui peuvent subir une telle transformation. La fin des bureaux individuels pose une question importante : celle du management. Les responsables hiérarchiques doivent donc apprendre à manager à distance et à faire confiance à leurs équipes. De leur côté, les salariés doivent pouvoir travailler en toute autonomie. Ainsi, le desk sharing demande un changement de la manière de penser et de fonctionner. 
 
Cette tendance, encore peu démocratisée, répond donc à plusieurs évolutions : volonté pour les entreprises de rationaliser les coûts immobiliers, travail collaboratif, mobilité accrue, etc. Plus que le partage des espaces de travail, le desk sharing est devenu le reflet d’un nouveau mode d’organisation.
 
*Source : Organisation Internationale du Travail
 
Gabin Marrot, en collaboration avec Karen Holcman.