Notre site web utilise des cookies. En poursuivant votre visite, vous consentez à naviguer sur notre site avec ces cookies cependant, vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment.

Nos offres d'emploi

INSCRIVEZ-VOUS ! 

Suivez-nous

REFERENCES PROFESSIONNELLES : POURQUOI SONT-ELLES ESSENTIELLES ?

Références professionnelles.pngDurant un processus de recrutement, il n’est pas rare qu’un recruteur vous demande des références professionnelles. La prise de références montre que le recruteur cherche à enrichir votre dossier de candidature pour s’assurer qu’il prend la bonne décision. Dans de nombreuses entreprises, elle est une étape obligatoire du processus de recrutement. 
 
Se faire un avis objectif sur un collaborateur
 
La prise de références comprend les témoignages recueillis auprès d’anciens responsables hiérarchiques ou personnes en charge des Ressources Humaines, capables de livrer un avis objectif sur un collaborateur. Celle-ci peut être effectuée par des cabinets de recrutement ou par de futurs employeurs. Dans certains cas, il s’agit même d’une étape obligatoire du processus de recrutement.
 
La prise de références a deux objectifs majeurs pour le recruteur : d’une part, elle permet de s’assurer de la véracité des propos et des informations livrées par un candidat sur son diplôme, ses expériences passées, ses compétences, etc. D’autre part, elle permet de mieux cerner ce futur collaborateur : traits de caractère, savoir-être, réactions face à certaines situations, etc. Il s’agit donc de confirmer ou d’infirmer une première intuition face à un candidat. 
 
Dans le milieu du recrutement intérimaire, la réactivité est une qualité majeure. C’est pourquoi les prises de références sont essentielles avant d’embaucher un salarié. Malheureusement, il est encore difficile de se faire un avis objectif d’un candidat, les missions étant souvent de courte durée. 
 
Eviter les recrutements ratés
 
Les recommandations d’anciens employeurs sont un moyen efficace d’éviter un recrutement raté. Un recrutement est considéré comme « raté » lorsqu’un collaborateur quitte l’entreprise dans les 12 mois suivants son embauche, que son départ ait lieu durant sa période d’essai ou après celle-ci. Si les recommandations sont un bon moyen de se faire une opinion sur un candidat, le recruteur doit prendre du recul sur les éléments transmis par un ancien employeur, notamment parce que les relations au travail peuvent influencer les avis.  
 
Attention aux abus !
 
La prise de références est encadrée par la loi. Le recruteur doit vous demander votre consentement avant de contacter un ancien employeur, vous pouvez tout à fait être encore en poste à ce moment-là. Par ailleurs, il ne peut pas collecter des informations sur votre état de santé, votre orientation sexuelle, vos convictions politiques ou religieuses, vos goûts, vos loisirs, etc. Mais la limite est parfois très mince entre vie privée et travail et les questions sur un candidat peuvent être contournées. 
 
La prise de références ne doit pas vous effrayer. Vos futurs employeurs ont parfaitement conscience que personne n’est parfait. Comme les tests de personnalité, ce contrôle doit avant tout être perçu comme un moyen de vérifier la compatibilité entre un candidat et son futur environnement de travail.
 
Karen Holcman, rédactrice.