Notre site web utilise des cookies. En poursuivant votre visite, vous consentez à naviguer sur notre site avec ces cookies cependant, vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment.

S'abonner à la newsletter

Nos offres d'emploi

Suivez-nous

ENTRETIEN D’EMBAUCHE : FAUT-IL TOUT DIRE A UN RECRUTEUR ?

tout dire à un recruteur photo.jpgOn dit souvent que toute vérité n’est pas bonne à dire… Mais on dit aussi qu’il ne faut jamais mentir à un recruteur car toute vérité finit par se savoir. Que peut-on dire et ne pas dire en entretien d’embauche ? 
 
Ne dites jamais de mal de votre ancien employeur
 
Si vous êtes parti en mauvais terme avec votre ancien employeur et si vous avez eu de nombreux désaccords avec des membres de votre entreprise, n’entrez pas dans les détails. Le recruteur pourrait s’interroger sur votre comportement au travail et craindre que cela se reproduise. Préférez rester neutre en expliquant que vous souhaitez changer d’environnement de travail, que vous recherchez de nouveaux défis ou que vos ambitions de carrière ont évolué. 
 
Si vous n’avez pas connu de situation conflictuelle au travail, vous pouvez rester honnête sur les raisons de votre départ et insister sur votre motivation à rejoindre cette entreprise et pas une autre. 
Ne vous sentez pas obligé de parler de votre vie personnelle
 
Les sujets relevant de la vie personnelle tels que votre situation familiale (le fait d’être marié, célibataire, divorcé, avec ou sans enfant, etc.), votre état de santé, votre orientation sexuelle, votre religion, vos origines sociales ou ethniques ou encore vos opinions politiques ne sont pas à aborder durant l’entretien. Sauf si ces sujets ont un lien direct avec le poste et l’entreprise, ils peuvent mener à la discrimination de votre candidature et vous mettre mal à l’aise durant l’entretien. Ainsi, si le recruteur vous pose des questions relevant de la vie personnelle, sachez que vous n’êtes pas obligé d’y répondre. Dans ce cas, ne vous braquez pas et évitez la question avec diplomatie.
Evitez de dévoiler toute votre personnalité
 
Le recruteur vous demandera probablement de parler de vous mais concentrez-vous sur vos compétences dans le cadre professionnel et vos « soft skills ». Ces compétences liées au savoir-être, telles que l’écoute, le sens du relationnel, la communication ou encore l’empathie permettent de vous distinguer d’un candidat concurrent et vous mène à la réussite professionnelle. 
 
Restez honnête !
 
Même si vous avez une idée de ce que le recruteur veut entendre, vous ne savez jamais vraiment à qui vous avez affaire. Préférez rester honnête sur votre parcours professionnel et sachez reconnaître vos défauts et vos erreurs. D’autant plus que la plupart des recruteurs apprécient l’honnêteté et les candidats conscients de leurs points faibles. Par ailleurs, en restant honnête, vous saurez plus facilement si vous correspondez réellement à l’entreprise et au poste proposé, si la culture d’entreprise est en adéquation avec vos valeurs et votre personnalité et si vous vous projetez sur le long terme. 
 
Ainsi, vous pouvez parler de vos ambitions de carrière : poste que vous souhaitez atteindre à moyen-long terme, souhaits de mobilité, etc. Toutefois, n’entrez pas dans les détails et faites preuve de patience car si vos souhaits d’évolution sont légitimes, ils ne sont pas la priorité pour un poste donné. 
 
Enfin, n’hésitez pas à poser beaucoup de questions pour cerner au mieux les attentes de l’employeur et vous assurer qu’elles sont en phase avec les vôtres. 
 
Stéphanie Bonte, en collaboration avec Karen Holcman.