Notre site web utilise des cookies. En poursuivant votre visite, vous consentez à naviguer sur notre site avec ces cookies cependant, vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment.

S'abonner à la newsletter

Nos offres d'emploi

Suivez-nous

QUEL NIVEAU D’ANGLAIS
INDIQUER SUR SON CV ?

 7 raisons de se mettre à l’anglais pour booster sa carriere.gif

Etre conscient de son niveau d’anglais est primordial. En effet, les recruteurs n’hésitent plus à tester les connaissances en anglais des candidats via des tests ou des conversations improvisées pour s’assurer de leur aptitude à un poste, notamment à dimension internationale.

Apprenez à évaluer votre vrai niveau

Plutôt que de vous faire surprendre par le recruteur pendant l’entretien, apprenez à évaluer votre niveau d’anglais, à l’oral comme à l’écrit. Ne vous survalorisez pas mais ne vous dévalorisez pas non plus. Enfin, ne vous sous-estimez pas si votre accent n’est pas bon, l’essentiel est de se faire comprendre.

Le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues) est un outil utilisé dans les pays européens pour évaluer ses connaissances dans des langues étrangères. Une échelle d’évaluation composée de 6 niveaux (A1, A2, B1, B2, C1, C2) permet de vous évaluer facilement sans passer de test.

Sachez faire la différence entre l’oral et l’écrit

Demandez-vous quelles sont les exigences du poste : allez-vous être amené à parler anglais avec des clients, des fournisseurs, des collègues ? Allez-vous rédiger des emails, des articles ou des documents en anglais ? Aurez-vous besoin d’une maîtrise de l’anglais tant à l’oral qu’à l’écrit ?

Le TOEIC® et le TOEFL® sont des tests de niveau en anglais payants créés pour évaluer et certifier le niveau d’une personne dont la langue maternelle est autre que l’anglais.

Le TOEIC® évalue la compréhension écrite et orale dans un contexte professionnel. Ce dernier peut être financé grâce au CPF (Compte Personnel de Formation).

Le TOEFL ®évalue la totalité des compétences, c’est-à-dire la compréhension écrite, orale et les capacités rédactionnelles dans un contexte universitaire.
Votre score à ces tests reste une manière pour les recruteurs de tester votre niveau. Vous pouvez aussi valoriser vos stages et expériences (professionnelles ou non) à l’étranger.

Anglais courant, opérationnel, notions ou bilingue ?

L’anglais courant est un niveau très recherché par les entreprises. Ainsi, en indiquant que vous parlez un anglais courant, le recruteur s’attendra à ce que vous puissiez travailler en anglais sans difficultés et passer de l’anglais au français aisément. A ce niveau, vous êtes censé pouvoir réaliser les tâches suivantes :

•    Ecouter des discours, des conférences, suivre des formations en anglais, etc.

•    Lire des documents en anglais sur des thèmes généraux et en rapport avec votre activité

•    Exprimer vos idées de manière fluide et spontanée à l’oral, faire part de votre point de vue et argumenter

•    Rédiger des emails et des courriers aisément, écrire des rapports, des articles et des textes avec une argumentation structurée et logique.

Le terme opérationnel signifie que vous pouvez tenir une conversation en anglais dans le cadre professionnel mais vous ne connaissez pas toutes les subtilités de la langue.

Le terme « notions » reste flou pour les recruteurs. Préférez indiquer « anglais à perfectionner » si vous ne possédez pas un bon niveau.

Le niveau bilingue est réservé aux natifs qui maîtrisent les subtilités de la langue, capables de s’exprimer et d’écrire sans difficulté dans les deux langues avec un niveau de précision identique dans chacune d’elles.

Enfin, soyez honnête avec vous-même. S’il est tentant de surestimer son niveau pour accéder aux meilleurs postes, mieux vaut éviter de se faire piéger en entretien. D’autant que les recruteurs sont habitués à ce que les candidats exagèrent leurs compétences linguistiques.

Clément Boix