Notre site web utilise des cookies. En poursuivant votre visite, vous consentez à naviguer sur notre site avec ces cookies cependant, vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment.

INSCRIVEZ-VOUS ! 

Nos offres d'emploi

Suivez-nous

LES MEILLEURS CONSEILS POUR REUSSIR SON RETOUR EN FRANCE APRES UNE EXPATRIATION

Mobilité expat.jpgVous avez accepté un poste à l’étranger et une fois la mission terminée, vous devez rentrer en France. Qu’il s’agisse d’un choix délibéré ou d’un départ non souhaité, il faut organiser votre retour. Voici quelques conseils pour réussir votre réintégration. 
 
Réglez les détails administratifs
 
Dans un pays comme la France où les démarches administratives sont parfois lourdes, il est préférable d’anticiper son retour. Les choses ont pu changer durant votre absence, notamment si vous êtes parti pendant une longue période. Vous pourrez passer un moment sans permis de conduire, sans sécurité sociale, sans téléphone, etc.
 
Commencez vos recherches de logement sur internet, depuis l’étranger, 3 à 6 mois avant votre retour en France. En effet, la plupart des démarches administratives (scolarité de vos enfants, sécurité sociale, pôle emploi, etc.) requièrent une adresse et un justificatif de domicile en France. D’autant plus que vous aurez besoin d’une adresse pour déménager vos affaires. A défaut, rattachez-vous au logement d’une personne capable de fournir un justificatif de domicile pour vous et votre famille. 
 
Soyez en règle avec les impôts après votre expatriation. Vous pouvez demander un certificat prouvant que vous avez payé des impôts dans le pays que vous quittez. 
 
Prévenez votre banque, ainsi que tous les fournisseurs de services que vous quittez le pays. Et si votre situation personnelle a changé durant votre expatriation (vous vous êtes marié ou avez eu des enfants), vérifiez auprès de l’ambassade de France ou du consulat que ces actes ont bien été transcrits sur les registres d’état civil. 
 
Enfin, aidez-vous du simulateur du site retour-en-france.fr pour préparer au mieux votre retour. 
 
Commencez votre recherche d’emploi
 
L’emploi est l’une des clés de réussite d’un retour en France. Si certains retrouvent leur poste, dans la même entreprise, après une mission à l’étranger, d’autres mettent plus de temps et doivent parfois se réinventer. Si les expériences professionnelles à l’étranger sont parfois perçues comme une valeur ajoutée, les recruteurs sont souvent frileux. Cela s’explique par le fait que les process, les logiciels utilisés, les façons de travailler diffèrent beaucoup d’un pays à l’autre.
 
Si vous avez conservé de bonnes relations professionnelles avec vos anciens collègues ou employeurs restés en France, essayez de vous appuyer sur votre réseau pour planifier des entretiens dès votre retour.
 
Valorisez toujours votre expérience à l’étranger (adaptation à une autre culture, niveau d’anglais amélioré, capacité à travailler dans un environnement international et multiculturel, etc.) mais restez humble. 
 
Retour et « choc culturel inversé »
 
Le choc culturel inversé est le choc culturel que l’on peut connaître lorsque l’on retourne vivre dans son pays d’origine : les endroits visités ne vous sont plus familiers, vous n’êtes plus sur la même longueur d’ondes que les autres, votre ancien mode de vie ne vous convient plus, etc. Il vous faudra donc surmonter ces changements et faire face à vos éventuels coups de blues pour vous réadapter.  
 
Selon la durée de votre expatriation, vous serez tenté de comparer vos habitudes à l’étranger au mode de vie français. Mais cette attitude ne vous aidera pas à réussir votre réintégration. Comme lors de votre expatriation, essayez de faire preuve d’ouverture d’esprit. Ce n’est pas parce que vous rentrez dans votre pays que tout est acquis. Au contraire, soyez dans le même état d’esprit d’exploration et de découverte que lorsque vous avez quitté la France.
 
L’expatriation est une expérience unique que vous ne serez pas prêt d’oublier, car vous aurez appris tant sur la culture d’un pays que sur vous-même. Toutefois, les plus grandes difficultés sont de garder le meilleur de son expérience d’expatrié et la capacité à faire preuve d’ouverture d’esprit pour se réadapter facilement à son pays.
 
Cédric Duquenne, Senior Executive Manager, en collaboration avec Karen Holcman.