Skip to content
Hays - Recruiting experts worldwide
  1. Je suis
    Je suis

Rencontre avec Elodie Poirier

Responsable de division, Human Ressources & Finances Accounting - Hays Luxembourg

« Pour accompagner la croissance, les autorités de réglementation vont devoir renforcer leur rôle de supervision »

Présentez-nous en quelques mots votre groupe et votre métier ?

Hays est un cabinet de recrutement international spécialisé, présent au Luxembourg depuis 2005. Je suis moi-même en charge de la division dédiée aux métiers des Ressources Humaines, de la Finances et de la Comptabilité. Nous sommes actuellement deux personnes à travailler sur ces secteurs, sur lesquels les demandes des entreprises sont particulièrement importantes en ce moment. Comme l’indique notre Etude de Rémunération 2013 parue en mars, il existe donc de réelles opportunités pour les candidats sur ces fonctions.
 

Quel est le bilan de votre activité pour l’année 2012 et début 2013 ?

Le secteur des services financiers du Grand-Duché est un secteur jeune et dynamique qui ne cesse de s’affirmer. Nous enregistrons le plus grand nombre de demande de la part des PSF de supports, qui sous-traitent des fonctions opérationnelles pour le compte de banques ou d’autres professionnels de secteur financier. Selon la CSSF (Commission de Surveillance du Secteur Financier), les PSF représentent 2% de l’ensemble de la population active. Cela prouve que le marché du recrutement est porteur et que les recruteurs sont toujours en quête de nouvelles compétences.

 Quels sont aujourd’hui les profils les plus recherchés en ce moment au Luxembourg ?

 Chez Hays, nous observons que les candidats polyglottes disposant de compétences dans les domaines fiscal, juridique, comptable et réglementaire sont très prisés. Les entreprises vont cibler en priorité des profils encore plus pointus tels que Tax/ Compliance officers, des comptables OPC, des Risks Managers pour leurs spécialisations produits et des Analystes-Gérants hedge funds, pour leurs expertises en matière de sélection de fonds.
 

 Quelles sont vos perspectives au niveau emploi pour 2013 ?
 

Le marché des PSF au Luxembourg est composé à la fois d’organisations qui se regroupent et de multiples petits acteurs qui arrivent sur le marché. Il est certain que ce dernier va continuer à se développer et à offrir à ses clients des offres de services très spécialisées et de plus en plus pointues. Pour accompagner cette croissance, les autorités de réglementation vont devoir renforcer leur rôle de supervision de la profession. Ces institutions vont devoir accroître leur surveillance du secteur financier au Luxembourg et augmenter leur niveau d’exigence pour limiter le nombre d’entrants sur le marché. Les caractéristiques de l’industrie des services financiers sont appelées à évoluer durant les prochaines années. Les nouvelles technologies liées aux traitements de l’information, le « cloud computing », les nouvelles lois financières, la relation client et la concurrence, vont façonner ce métier en termes de compétences demandées.
 

 

Quelles sont les évolutions actuelles et futures du marché en matière de recrutement financier au Luxembourg ?
 

L’activité des professionnels des secteurs financiers se structure. La prospection des candidats est de plus en plus importante dans le processus de recrutement et les candidatures spontanées représentent le moyen le plus utilisé pour sélectionner des profils. Mais l’important flux de CV est difficile à gérer en interne. Un grand nombre d’entreprises demandent à leurs collaborateurs s’ils ne connaissent pas les personnes pouvant être intéressées par un poste vacant. Les canaux internet et les cabinets de recrutement spécialisés comme Hays sont également très plébiscités. Ils contribuent à répondre rapidement au besoin urgent des acteurs du secteur qui est d’identifier des compétences manquantes. Nous observons cependant un certain manque d’anticipation dans la réflexion des méthodes et des outils pour recruter. Ces recrutements sont souvent lancés dans l’urgence et les nouveaux moyens d’identification de talents ne sont pas toujours utilisés (réseaux sociaux professionnels, cooptation internationale, etc.)

 

Quels sont les critères d’attractivité pour attirer les meilleurs talents des entreprises avec lesquelles vous travaillez au Luxembourg ?

 
Compte tenu de l’instabilité économique globale ainsi que du poids que ce secteur représente pour le marché luxembourgeois, les rémunérations étaient jusqu’alors inadéquates. En effet, ces dernières incitaient les PSF à prendre énormément de risques afin de générer des produits, notamment à court terme. Pour pallier à cela, les hautes instances économiques ont décidé d’assainir cette situation en recentrant les salaires sur les valeurs, la stratégie et les objectifs à long terme de l’entreprise et en appliquant ainsi une véritable logique de transparence quant aux politiques de rémunération. Autrefois plus importante, la partie variable a désormais été réévaluée, permettant aux structures du secteur une politique de primes plus souple.


La demande des clients en matière de formations a-t-elle fortement changé ?

Comme dans beaucoup de métiers au Luxembourg, l’importance des langues n’est plus à démontrer. Selon le domaine d’activité, le français, l’anglais, l’allemand, le luxembourgeois, le néerlandais, l’italien, l’espagnol, le portugais et maintenant le russe sont indispensables, ou au moins fortement appréciés. Au-delà des compétences techniques, Hays observe une réelle demande de candidats polyvalents et dotés d’un excellent relationnel client.
Les profils pouvant s’adapter rapidement aux besoins et aux stratégies de développement des clients locaux et internationaux tirent leur épingle du jeu. La maîtrise des outils informatiques et le pilotage d’activités sont importants, et les certifications professionnelles et formations dédiées (IFBL) sont par ailleurs recherchées.
 

|