Skip to content
Hays - Recruiting experts worldwide
  1. Je suis
    Je suis

INDEX MONDIAL
DES COMPETENCES CLES

Barometre des facteurs impactant la mobilite des talents au niveau mondial

Desequilibre_competences_cles Pour consulter l'étude rédigée par Hays & Oxford Economics, cliquez ici.

Résumé

Cet état des lieux traduit une complexité qui doit être examinée avec attention. Depuis deux ans, nous avons lancé un projet conjoint avec l’Oxford Economics, afin d’élaborer un Index qui porte cette année sur la disponibilité, ainsi que la demande, en main d’œuvre qualifiée dans 27 zones économiques à travers le monde. Il en ressort un état des lieux très préoccupant. Tandis que nous assistons à l’augmentation chronique du taux de chômage dans de nombreuses régions du monde, dans 16 des 27 pays de l’étude (soit les 2/3), les employeurs souffrent d’une pénurie des compétences clés. En clair, il existe une inadéquation fondamentale entre, d’une part, la main d’œuvre mondiale, la formation et l’enseignement dispensés, et, d’autre part, les compétences exigées par les employeurs. Par définition, cette inadéquation réduit la capacité de croissance des entreprises et entrave la croissance économique. Un nombre de facteurs liés participent à ce déséquilibre et ils jouent un rôle plus ou moins important dans chacun des pays étudiés. Ces facteurs comprennent : - Des pressions économiques et des avantages fiscaux (ou, plus précisément, des avantages insuffisants) - Le manque d’une politique stratégique et de suivi d’efficacité - Des systèmes éducatifs et des formations professionnelles mal adaptées - Une rigidité du marché du travail - Les politiques d’immigration et d’attribution de visas Certains pays prennent des mesures pertinentes, efficientes et innovantes afin de lever ces freins, d’autres pays participent à détériorer la situation. D’un point de vue global, il devient nécessaire de prendre plus de mesures afin de corriger à la fois le déséquilibre entre l’offre de compétences et la demande dans différents pays, de même que la pénurie mondiale en qualifications spécifiques, dans les secteurs tels que la santé, l’ingénierie et le développement des infrastructures (BTP…), dans lesquels les compétences sont importantes pour favoriser la croissance économique Le rapport suggère donc un plan d’actions en trois points à l’attention des gouvernements, des entreprises et des organisations internationales. Il s’agit : - Pour les gouvernements, d’acquérir une vision claire des compétences demandées pour leur économie et de développer des plans stratégiques afin d’attirer des salariés ayant ces compétences. Cela exige une veille stratégique de la part des gouvernements, doublée d’un engagement vers davantage de rationalisation des procédures d’obtention de permis de travail afin de cibler les compétences exigées. Un des enjeux auxquels Hays se heurte régulièrement lors de la sélection du candidat idéal pour un poste clé à l’étranger est la procédure d’obtention de visa qui s’avère lente, lourde et bureaucratique dans de nombreux pays. - Pour les gouvernements à nouveau, de collaborer avec les établissements scolaires et les employeurs afin d’accroître l’offre de formation dans les domaines de compétences en pénurie de main d’œuvre. Nous pensons qu’une initiative polyvalente devrait prendre forme visant à persuader les étudiants de suivre les cursus pertinents, et d’opter davantage pour les programmes d’études qualitatives correspondant aux besoins des employeurs. - Pour les employeurs, de bénéficier d’avantages fiscaux afin de multiplier l’offre de formation dans les domaines de compétences clés. Dans de nombreuses régions du monde, il n’existe que peu d’avantages offerts aux employeurs pour proposer des formations, les équipes bénéficiant souvent de ce tremplin dans le cadre d’une recherche d’un autre emploi et non pour inscrire durablement leur projet professionnel dans l’entreprise. Une façon de stimuler l’offre de formation serait d’accorder des avantages financiers aux entreprises afin qu’elles y parviennent, via le système d’imposition des sociétés par exemple. Nous sommes conscients que ces actions s’inscrivent sur le long terme, et non sur le court terme. Cependant, compte tenu de notre précédent rapport publié et réalisé en collaboration avec l’Oxford Economics, intitulé « Créer des emplois dans une économie mondialisée », où il apparaissait clairement que plus d’1 milliard de personnes arriveraient sur le marché du travail dans les deux prochaines décennies, nous estimons que l’emploi devrait être un domaine prioritaire pour tous les décideurs politiques. D’un point de vue général, nous espérons que l’Index deviendra un outil essentiel aux employeurs ainsi qu’aux commentateurs spécialistes de l’économie, et qu’il déclenchera un vrai débat autour des problèmes et des solutions en matière d’offre d’emploi qualifié. À l’avenir, nous avons l’intention de publier cet Index chaque année afin d’analyser les mutations de l’offre et de la demande de compétences clés et les actions qui s’y rapportent dans le monde afin de les équilibrer.

|